Yoan Deloze : “Que ça soit dans l’état d’esprit et dans l’intensité des efforts, nous serons présents”

A quatre jours de la reprise du championnat, nous avons rencontré Yoan Deloze, le nouveau préparateur physique du groupe N2, pour dresser un premier bilan de ses quatre premières semaines d’entrainement mais aussi pour jauger l’état de forme du groupe.

Bonjour Yoan, tu es donc le nouveau préparateur physique de l’équipe National 2, peux-tu te présenter dans un premier temps ?

Bonjour, je m’appelle Yoan Deloze, j’ai 26 ans, je suis originaire de Poitiers. J’entame ma 4ème année sur Lyon, où j’ai passé mes 2 années de Master sur l’entraînement et l’optimisation de la performance sportive après avoir passé ma Licence à Bordeaux avec pour spécialité Football et Haltérophilie. Sur Lyon, je suis donc passé à DOMTAC (U17 R1), puis je suis rentré à la préformation de l’Olympique Lyonnais, puis au centre de formation. Cette expérience à l’OL m’a permis de rencontrer des personnes qui m’ont énormément apporté tant sur le plan technique, que professionnel avec notamment Christian Bassila et Bastien Angeloz, deux personnes qui ont ma reconnaissance éternelle. J’ai également fait un passage à Bords de Saône (R2) la même année, avant d’arriver à Saint-Priest cette saison.

Comment s’est passée ton adaptation au sein du club ? De groupe N2 ?

Pour quelqu’un de nature réservé, l’adaptation fut très bonne ! Je remercie Lionel, le staff, les dirigeants et les personnes du club qui m’ont très bien accueilli. Pour un début, il y a une très bonne cohésion dans le staff, ainsi qu’une bonne synergie dans le travail, même si on peut et on doit constamment s’améliorer. C’est une notion essentielle si on veut être de plus en plus efficace dans nos entraînements. En tant que capitaine du navire, Lionel tend à professionnaliser le plus possible le club, le groupe et tout ce qu’on peut mettre en place autour, c’est donc avec enthousiasme et détermination que j’essaye de répondre à ses exigences. À moi de m’adapter à sa méthodologie et de lui apporter des éléments complémentaires et pertinents.

Quel premier bilan peux-tu tirer de cette prépa à quelques jours du début du championnat ? 

Je me suis fixé 2 axes de travail. Par conséquent, le 1er bilan sur la prépa, qui a été orienté en fonction du projet et des principes de jeu du staff, a plutôt été bien effectué. Au moins deux tiers de nos séances ont été consacré à l’aspect technico-tactiques, on a essayé de dissoudre partiellement l’aspect athlétique à l’intérieur du jeu, et vu l’implication des joueurs, la complémentarité avec certains efforts dissociés fut plutôt efficace. Même si certains efforts ont été dur à digérer physiquement, on essaye de leur donner du sens par rapport au projet de jeu très énergivore. Les fondations ont bien été posées, maintenant c’est dans la régularité et dans la progressivité qu’on en ressortira les effets.
Le 2ème axe de travail est sur la prévention des blessures. Sans rentrer dans les détails, on cibles les forces et les faiblesses de chaque joueur. Je suis donc parti sur une approche générale en fonction des besoins communs du groupe, pour amener progressivement les joueurs à se responsabiliser et à travailler individuellement comme nous avons pu le faire pendant le stage au Kyriad Prestige. À partir de notre 1er match officiel, chaque joueur possèdera plusieurs routines spécifiques à effectuer en fonction de son profil et des ses besoins.
Pendant 3 semaines, nous avons été épargnés par les blessures et les bobos, mais sur les derniers matchs amicaux, nous avons perdu 3 joueurs pour une durée supérieure à 7 jours… Nous avons également eu quelques petits bobos qui durent entre 1 à 7 jours d’arrêts. On a constaté que 50% de ces pépins était dû à des rechutes des saisons précédentes ou des douleurs mal soignées, d’où l’intérêt d’être encore plus vigilant et d’accentuer ce travail individuel.

Peux-tu nous en dire plus sur l’état de forme du groupe ? Sont-ils prêts ?

La vérité c’est le terrain, donc attendons samedi ! Maintenant depuis le dernier match contre Saint-Étienne, on a certains marqueurs qui sont plutôt positifs. Personnellement, j’ai confiance en ce groupe. Que ça soit dans l’état d’esprit et dans l’intensité des efforts, nous serons présents, même si nous dépendrons de l’état de forme adverse également.

Comment vois-tu cette saison de N2 qui commence dès samedi ?

Quand on démarre un championnat, on rêve tous d’être le plus haut possible. On est tous des compétiteurs. Maintenant il faut être cohérent, une saison c’est long, un jour on peut être en haut et un jour en bas. Pour pouvoir réaliser de belles choses, il sera à mon sens essentiel de se concentrer sur l’exigence et sur la régularité du travail qu’on mettra au quotidien. Joueurs, staff et club y compris. Sans ces 2 ingrédients, il sera impossible d’ambitionner et réaliser quoi que ce soit en championnat et en coupe.

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *