Promu coach adjoint de la National 2, et même entraîneur principal en l’absence de Christian Scheiwe, Samir Ghemmazi découvre un autre monde que les U17. Et avec une certaine réussite puisque l’AS Saint-Priest a plutôt bien débuté son championnat avec deux victoires en quatre journées. Avant d’affronter la réserve de l’Olympique Lyonnais, ce samedi à 18h au Groupama Training Center, Samir fait le point sur l’actualité de l’ASSP.

Le passage des U17 à la National 2

« La transition a été cohérente. L’année dernière, j’étais déjà intervenu avec la CFA lors de la préparation estivale. Je connais bien Rémy, le préparateur physique, avec qui j’ai travaillé en U17. J’ai discuté avec le coach Christian. Robert, l’ancien adjoint et désormais directeur sportif, m’a expliqué le poste. Et cela s’est fait très naturellement. Je suis du club, de la ville, et je connais certains joueurs pour les avoir coaché en U17. Donc c’était l’idéal pour partir sur de bonnes bases. Après, la chose qui diffère entre les U17 et la N2, c’est la reprise début juillet. Au niveau du contenu à l’entraînement, c’est plus ou moins similaire. Les exigences sont les mêmes au niveau athlétique et tactique, vu que c’est un niveau national, même si en seniors, c’est encore plus poussé. La différence intervient dans l’organisation, la relation humaine et la gestion du groupe. En N2, ce sont des adultes avec des égos. Mais l’état d’esprit du groupe est top ».

L’absence de Christian Scheiwe

« J’étais demandeur pour être adjoint en seniors, car je voulais prendre un peu de recul par rapport au premier rôle. Mais au final, Christian a eu un accident professionnel, et j’ai été promu numéro un. Donc j’ai été directement dans le bain. Le départ de Christian a été délicat. C’était un peu dur à assumer pour moi. Mais c’est très enrichissant d’entraîner une équipe de ce niveau. Quand on devient un entraîneur diplômé, on rêve tous d’évoluer à ce niveau. Donc c’est le top, surtout à Saint-Priest ! ».

Le système de jeu en 3-5-2

« En stage de préparation à Vichy, on a fait une causerie sur ce système. Et les joueurs ont adhéré. Donc on l’a essayé durant les matchs amicaux, avant de l’appliquer en championnat. Ce système convient bien aux qualités du groupe car on a beaucoup d’attaquants. Mais ce système est évolutif. Il faudra s’adapter tout au long de la saison ».

Le bilan du début de saison

« On a fait un bon départ, même si j’ai des regrets sur le premier match contre Belfort. Dans le contenu, c’était bon, mais au final, le résultat n’a pas été là avec une défaite (1-2). La 8e place ? On est à notre place pour l’instant. Le week-end dernier, on a joué à Schiltigheim (défaite 1-0), contre une meilleure équipe que la notre, et on a failli revenir avec un nul. Donc c’est intéressant. Il n’y a pas eu d’euphorie dans le groupe après les deux victoires contre Raon (1-6) et Yzeure (1-0) ».

Les objectifs pour la saison

« La poule est compliquée en N2. L’objectif, c’est de se maintenir le plus rapidement possible pour pouvoir travailler dans la sérénité ensuite. Notre groupe est jeune, on apprend. Et puis, on ne boxe pas dans la même catégorie que certaines équipes, comme Annecy, Villefranche ou Andrezieux, qui ont plus de moyens que nous pour jouer la montée. La Coupe de France ? Je n’y pense pas encore. On a des matchs importants à jouer dans les prochaines semaines en championnat, et on se concentre d’abord sur ça ».

Le match contre l’OL 2

« On va jouer sans aucune pression. Ils ont fait un début de saison canon puisqu’ils ont gagné les quatre premiers matchs. À la différence des années précédentes, l’OL joue avec des joueurs pros en N2. Du coup, ils ont une dynamique sérieuse avec beaucoup de talent. Et honnêtement, Lyon aligne une équipe de niveau L2 en N2. Donc si on fait un résultat là-bas, ce sera un exploit. Et si on perd, ce sera normal. C’est un match bonus. Je veux que les joueurs réalisent une performance dans le contenu, et pas forcément dans le résultat. C’est la ligne de conduite avant un match contre l’OL. On a des certitudes dans le jeu, on a de la force avec un bon état d’esprit. Les joueurs sont surmotivés, donc on va jouer le coup à fond ! ».