De retour à l’AS Saint-Priest cet été, sachant qu’il avait déjà porté le maillot sang et or en 2008, Daniel Gbaguidi vient apporter tout son vécu à un groupe jeune. À 29 ans, le natif de Cotonou au Bénin ambitionne de réaliser une très grande saison en National 2.

La présentation

« J’ai commencé le foot à 6 ans. J’ai débuté au RC Vichy, puis j’ai été au CREPS de Vichy. Ensuite, j’ai intégré le centre de formation du Clermont Foot à 15 ans avant de rejoindre l’Olympique de Marseille, où j’ai été jusqu’à l’équipe réserve. En 2008, j’ai fait 6 mois à Cassis et 6 mois ici à Saint-Priest sous les ordres d’Eric Guichard. Et j’ai joué à Mulhouse (2010), Villefranche (2011), Bleid en D2 belge (2012), Virton en Belgique (2013), Iraklis en D2 greque (2014), Istres en National (2015), à Villefranche (2015-2017), puis je suis revenu ici. Je ne travaille pas en dehors du foot ».

L’arrivée à l’ASSP

« Je sors d’une saison correcte avec Villefranche, où j’ai marqué 6 buts et délivré 5 passes décisives. Malgré cela, je n’ai pas senti une volonté de me garder à Villefranche. Un nouvel entraîneur est arrivé, et je ne faisais pas partie de ses plans. J’ai eu un coup de fil de Christian Scheiwe, l’entraîneur. Il m’a dit ce que je voulais entendre. Je n’ai pas hésité longtemps. Le discours du coach a été primordial, tout comme le projet ambitieux. Je suis ici pour encadrer les jeunes. Vu mon parcours et mon vécu, et sachant que je suis le 4e plus ancien de l’effectif, j’apporte de l’expérience au groupe. J’ai une mentalité de gagneur, un bon mental, qui s’est formé quand j’étais à l’OM car en centre de formation, c’est la compétition tous les jours. J’ai des regrets sur cette période marseillaise, car j’étais un très bon espoir de ma génération, j’ai fait plusieurs matchs avec l’équipe de France en U16 et U17, et je ne suis pas passé chez les pros… Mais c’est la vie de footballeur ».

Les objectifs

« Personnellement, je veux marquer le plus de buts possible. Je veux faire mieux que l’an dernier. Avec Samir, le coach adjoint, on joue en 3-5-2. Je découvre ce système. Mais je suis agréablement surpris. C’est un bon système car on défend en bloc et on attaque à beaucoup de joueurs. Ça prend forme. Au niveau collectif, le groupe est bon. Il faut prendre match après match, prendre un maximum de points au départ pour assurer le maintien ».

Les débuts à Saint-Priest

« Tout se passe bien. J’ai de bonnes relations avec Didier (VARSOVIE), Yannick (MARTIN) et Désiré (KOTTO), le comique du groupe, avec qui je fais un peu l’ambianceur du vestiaire. Du coup, et sachant que j’ai le dialogue facile, j’ai rapidement créé des affinités avec certains joueurs ».

L’interview décalée

Une qualité ? Ma grinta.
Un défaut ? Mon impulsivité.
Passion en dehors du foot ? La religion, je vais souvent à l’église.
Un joueur ? Hatem Ben Arfa.
Un joueur qui me ressemble ? J’ai envie de dire Carlos Tevez pour sa grinta.
Une équipe ? Arsenal.
Un entraîneur ? Zinédine Zidane, l’entraîneur du moment.
Un geste ? La frappe enroulée.
Un rituel d’avant-match ? La prière.
Le mot de la fin ? Que l’équipe prenne du plaisir en terminant le plus haut possible.