Recrues N2 – Adria Sabater : “Une expérience que tout le monde ne peut pas vivre”

Suite à une belle saison dernière au FC Jove, club avec lequel il est monté en Tercera División, Adria Sabater a débarqué en France à l’AS Saint-Priest avec l’ambition de découvrir un autre pays. À 20 ans, l’Espagnol s’adapte petit à petit au football français. Après sa passe décisive contre Toulon le week-end dernier en N2, il s’est confié.

Présentation

« J’ai commencé le foot tout petit, à 3-4 ans, dans mon village à Mislata. À 14-15 ans, en Cadete, j’ai joué à Huracan Valencia. Après, en Juvenil deuxième année, j’étais à Elche, puis au Castellon CF. Et j’ai débuté chez les Seniors l’an dernier au Jove Espanol de San Vicentte en quatrième division espagnole ».

Arrivée à l’ASSP

« Mon agent m’a parlé de la possibilité de venir ici en France. Et j’ai directement dit oui, sans hésiter. Le choix de venir en France ? C’est une bonne opportunité pour moi afin de me développer en tant qu’homme mais aussi et surtout en tant que footballeur. J’avais envie de découvrir de nouvelles personnes, et une nouvelle culture. C’est une expérience que tout le monde ne peut pas vivre. J’ai saisi cette chance, qui ne se reproduira peut-être pas une autre fois dans ma vie ».

Objectifs

« Je suis avant-centre. Mais je n’ai pas un objectif précis en termes de buts marqués. Je veux travailler, progresser, et jouer le plus possible. Au niveau du collectif, il faut prendre match après match, et on verra ce qui nous arrive au fur et à mesure de la saison ».

Débuts à Saint-Priest

« L’adaptation est un peu compliquée. La vie est différente ici par rapport à l’Espagne. J’essaye de m’adapter le plus rapidement et du mieux possible. La barrière de langue est un peu un handicap avec les entraîneurs et mes coéquipiers. Mais ça va, je m’habitue petit à petit. Les différences dans le mode vie ? En Espagne, le repas du midi est à 14h, ici c’est à 12h. Le soir, le repas est à 22h en Espagne, ici c’est plus 19-20h. En France, il y a vraiment une routine, c’est un peu différent, mais c’est aussi ce que je suis venu chercher en venant à Saint-Priest ».

Les différences entre le jeu espagnol et le jeu français

« Sur ce que j’ai vu pour le moment, le jeu français est un peu plus physique. Mais les joueurs français ont beaucoup de technique et de qualité également. Ici, il y a des joueurs plus forts et plus grands qu’en Espagne. Le niveau entre la quatrième division ici et en Espagne est similaire ».

Partie décalée

« Qualité ? Je suis un attaquant pivot. J’aime être à la réception des centres, en mode renard des surfaces. Défaut ? Ma vitesse, je ne suis pas très rapide. Passion ? Passer du temps avec mes amis, ma famille. Et j’aime aussi le Padel. Joueur ? David Villa. Equipe ? Le FC Valence. Entraîneur ? Simeone de l’Atletico Madrid. Et dans ma carrière, je retiens Juanchi (Mislata) et Raul Garrido (Huracan) ».

Propos recueillis par Alexis ROSE.

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *