Personnage central de la préparation estivale de l’AS Saint-Priest, Rémy Kaleche, le préparateur physique de l’équipe première, fait un point complet sur le groupe sang et or à deux semaines de la reprise du championnat en National 2.

La coupure avant la reprise

« Pour les joueurs, la coupure était complète. Il est capital de recharger les batteries au maximum. Les joueurs avaient juste un programme de quatre séances à faire une semaine avant la reprise afin de rajouter en quelque sorte une cinquième semaine de préparation au programme. À côté de ça, je sais que beaucoup de joueurs n’arrêtent jamais de jouer sur les foot indoor, ce qui est l’avantage d’un groupe jeune ».

Le bilan après trois semaines de préparation

« On vient de terminer le stage et donc la semaine la plus chargée en terme de volume d’entraînement. Les joueurs sont extrêmement fatigués, leurs sensations ne sont pas bonnes, les jambes sont lourdes et ils ont dû faire, je pense, un gros travail mental pour ne pas lâcher sur les dernières séances de la semaine. L’objectif était d’amener un maximum de joueurs à cet état de fatigue et de niveau d’entraînement avec le moins de pépins musculaires possibles. À partir de cette semaine, on commencera un autre pan de notre préparation, qui nous conduira à emmagasiner le plus d’énergie possible pour attaquer le championnat de la meilleure des façons ».

L’organisation de la préparation

« On s’entraîne tous les jours, exceptés les dimanche depuis la reprise à raison d’une séance par jour. On alterne entraînements et oppositions amicales. On est parti sur une base de foncier, mais surtout une grosse base de travail musculaire. Tous les ateliers que nous faisons ont pour objectif de travailler sur cette qualité musculaire primordiale que les joueurs doivent avoir. Que ce soit sur une base de cardio, de vitesse ou de mobilité, les ateliers sont toujours centrés sur le développement d’une qualité d’appuis importante et une capacité à être mobile notamment articulairement sur des amplitudes importantes. J’essaie de mettre le ballon le plus possible soit sur la base de mon atelier soit en récupération pour travailler sur la capacité à rester juste techniquement même en détresse respiratoire. Après, sur les premières séances et au vu du nombre de joueurs présents à l’entraînement, nous avons dus faire quelques séances strictes de développement sans ballon. Le lien entre physique et tactique se fait dans le sens ou les joueurs vont travailler en fonction de la demande de leur poste. Si je prends une séance d’explosivité par exemple, les joueurs feront des ateliers types de leurs déplacements de compétition et de ce que les entraîneurs vont leur demander sur ce poste. Cela permet d’optimiser le temps de partie athlétique et de répondre réellement aux besoins de chacun. C’est la même chose sur le travail de plio, d’endurance… L’objectif étant de parvenir à faire le maximum de choses spécifiques au poste et au niveau de forme de chacun à l’instant T, mais c’est difficile ».

Les matchs amicaux : 1 victoire (Montceau), 1 nul (ASF), 2 défaites (MDA, ASSE)

« Pour être très honnête, je vois les matchs amicaux comme une séance d’entraînement supplémentaire, et je n’hésite pas à bien taper dans les organismes les veilles de ces oppositions. Nous (le staff et moi) savons pourquoi nous perdons certains matchs ou pourquoi certains joueurs semblent passer à travers. Je suis un compétiteur, mais être champion des matchs amicaux ne m’intéresse pas ! Nous avons globalement moins de temps d’entraînement que les autres équipes (beaucoup doublent dans la semaine en s’entraînant le matin), donc il me semble impossible de laisser les veilles de matchs amicaux plus tranquille en terme d’intensité. Au bout du compte, les joueurs se retrouveraient avec une charge d’entraînement trop faible. Nous serons jugés sur les résultats en compétition, avant ce n’est que de la littérature ».

Le stage à Vichy (29 et 30 juillet)

« L’objectif du stage était de créer un vrai groupe tout d’abord. En effet, les mutations ont été nombreuses et il faut donc essayer de créer une nouvelle alchimie entre tout le monde. Cela a toujours fait la force du groupe depuis des années et encore une fois cela me semble primordial pour faire une bonne saison. C’est aussi l’occasion de découvrir les joueurs différemment. Le temps de deux soirées, les relations ne sont plus celles d’entraîneur-entrainé et cela fait du bien à tout le monde de pouvoir sortir tous ensembles et d’oublier un peu les règles de vie et d’entraînement. Cela permet aussi pour nous staff de bien cerner tous les nouveaux joueurs en terme de caractère et de comportement dans la vie de tous les jours. On voit immédiatement les joueurs leaders, les joueurs plus discrets. À Vichy, les structures d’entraînement (terrain, salle de musculation) et de réunion étaient parfaites pour bien travailler, les joueurs ont vraiment été dans des conditions propices pour bien travailler et bien finir cette troisième semaine de reprise ».

Le programme jusqu’à la reprise

« La quatrième semaine comporte deux matchs amicaux contre Villefranche et la réserve de Dijon et trois séances d’entraînement. L’intensité va encore grimper d’un cran au détriment de la durée des séances. Le contenu va également évoluer, l’objectif étant bien sûr de retrouver des jambes, se sentir de mieux en mieux et de plus en plus fort. Nous finirions ensuite par une semaine type pour préparer la réception de Belfort, le 12 août prochain au Stade Jacques Joly ».