20 mai 2017, 19h15. Le stade du FC Bourgoin applaudit la série d’un joueur de l’équipe adverse. Le maillot de l’AS Saint Priest sur le dos, le grand gaillard est ému. Il remercie le public, son staff et s’empresse de s’asseoir sur le banc. Le visage marqué par la fatigue et le maillot mouillé à l’extrême, Michael Napoletano vient de disputer son dernier match de joueur. Entre flash-back et avenir, nous sommes allés à la rencontre du défenseur central, à quelques heures de sa dernière apparition avec la tunique rouge et jaune.

Salut Michael, comment te sens-tu à la veille de ton dernier match ?

Ça sera forcement un match spécial pour moi. Ce jubilé avec l’équipe 1 est une récompense que le club m’offre. Il y aura beaucoup d’émotions, ma famille sera présente, notamment mes parents qui m‘ont toujours soutenu tout au long de ma carrière. Au coup de sifflet final, je vais peut-être pleurer.

Comment as-tu vécu cette dernière année en tant que joueur ?

Le plus important pour moi c’était de prendre du plaisir sur le terrain. J’ai joué libéré, avec toujours cette pression qui te galvanise mais dans un état d’esprit plus tranquille. J’avais à cœur de m’amuser à chaque fois que je foulais la pelouse, que ce soit avec la 1, la PHR ou la H.R. Même si j’étais capitaine avec l’équipe 2 et l’équipe 3, le message que je voulais faire passer aux plus jeunes c’était de s’amuser tout en restant compétitif.

« M’inscrire dans la durée avec l’ASSP »

Tu as joué plus de 7 années sous les couleurs de l’As Saint Priest, qu’est ce qui t’a marqué le plnapo1us ?

Le premier souvenir qui me vient à l’esprit c’est la montée en 2013. Nous étions vraiment soudés, il y avait une cohésion de fou au sein de l’équipe, j’avais l’impression de jouer avec une bande de potes. Chacun faisait les efforts pour le groupe, on était une famille.

Le second fait marquant intervient l’année d’avant, nous sommes donc en CFA (2012) et il nous reste un match pour nous sauver (ndlr : match à domicile contre Grasse). Je marque l’unique but de la rencontre et permets à mon équipe de se maintenir, encore un grand moment de joie. La suite, on la connait!

Retraité du terrain, tu t’apprêtes à faire tes débuts dans le staff de l’équipe 3, te sens-tu prêt ?

J’ai déjà commencé cette année en revenant dans l’équipe réserve en tant que cadre. Je vais essayer d’apporter mon expérience auprès de jeunes joueurs, en les conseillant sur et en dehors du terrain. J’ai vraiment envie de m’inscrire dans la durée avec l’ASSP car c’est un club qui grandit et qui est important pour la région lyonnaise. On va essayer d’avoir des structures en adéquation avec nos ambitions. Au niveau personnel, je souhaite passer mes diplômes entrainement et me rendre disponible pour le club.

Une nouvelle vie footballistique débute donc pour « Napo ». De nombreux attaquants ont déjà manifesté leur joie à l’annonce de sa retraite sportive et on les comprend. Ça fait un tacleur fou de moins sur les pelouses! Mais le sentiment de ses adversaires contraste avec l’image qu’il a laissé. Joueur de devoir et réputé pour son agressivité (dans le bon sens du terme), Mica était  L’Ambianceur des vestiaires. Sa « grande gueule » et son mental étaient unanimement apprécié par ses partenaires. Alors, c’est naturellement qu’il va continuer « à l’ouvrir » mais avec la casquette d’éducateur. Et pour ceux qui veulent profiter d’une de ses meilleures anectodes (et il en a beaucoup à raconter), il faudra passer à sa brasserie. Ciao Napo!

BIO : Michaël NAPOLETANO
Né le 16 févrieB8QwWKDCIAE4K4Gr 1983 à Lyon

Poste : défenseur central (axe gauche)
Parcours : AS Minguettes, OL, Montpellier HSC, FC Martigues, AS Minguettes, Beaucaire, AS Béziers, AS Minguettes, Etoile Fréjus Saint-Raphaël, Perpignan, FC Vaulx, AS Saint-Priest (depuis 2010)

Situation Professionnelle : Adjoint technique à la Métropole, gérant de la brasserie-pizzéria Le Barletta (44 av. Jean Jaurès à Vénissieux)